Une meilleure communication des informationsgrâce aux comptes rendus structurés

L'hôpital universitaire de Cologne intègre Smart Reporting dans son RIS Orbis.

Gain de temps, efficacité accrue, amélioration de la qualité. L'hôpital universitaire de Cologne, en Allemagne, vise à atteindre ces trois objectifs grâce aux comptes rendus structurés de Smart Reporting - et est sur la bonne voie pour y parvenir.

Les comptes rendus médicaux sont généralement présentés sous forme de texte libre, ce qui peut entraîner des problèmes de communication. Des études ont montré, par exemple, que des informations pertinentes pour la prise de décision thérapeutique font souvent défaut. De plus, le contenu des comptes rendus peut varier considérablement d'un radiologue à l'autre, ce qui rend la comparabilité extrêmement difficile. Les comptes rendus structurés remédient à ces lacunes. Le sujet est plis actuel que jamais.

Quotes

Prof. Dr. David Maintz

"La tendance générale est à la médecine personnalisée. Et cela nécessite une analyse beaucoup plus approfondie des données. Cela nécessite à son tour des informations structurées, que les radiologues peuvent fournir grâce aux comptes rendus structurés", explique le professeur David Maintz, directeur de l'Institut de radiologie diagnostique et interventionnelle de l'hôpital universitaire de Cologne. "Il est possible de structurer un texte libre par la suite, mais la question demeure de savoir s'il contient réellement toutes les informations pertinentes. Selon diverses études, ce n'est souvent pas le cas. Et c'est pourquoi nous pensons qu'un compte rendu structuré est la meilleure façon de procéder".

Prof. Dr. David Maintz
Direktor des Instituts für Diagnostische und Interventionelle Radiologie Universitätsklinikum Köln.

Quotes

Création de nouveaux modèles de comptes rendus

Le développement des modèles de la Société Allemande de Radiologie (DRG) a été largement redevable aux efforts de Cologne dans le domaine des CR radiologiques. Le Dr Thorsten Persigehl, qui est également le chef du groupe d'imagerie oncologique de la Société allemande de radiologie, a été à l'origine de la création des modèles de CR oncologiques. Le contenu a été défini lors de plusieurs réunions de consensus, avec la participation d'experts - oncologues, gastro-entérologues, chirurgiens et pathologistes.

Quotes

Dr. Thorsten Persighel

"Sur une base scientifique, nous voulions nous assurer que les résultats guidaient l'utilisateur dans le processus en utilisant une structure définie, et que l'interdisciplinarité du travail garantirait que les informations dont les cliniciens avaient besoin pour la thérapie seraient incluses".

Dr. Thorsten Persighel
Leitender Oberarzt Universitätsklinikum Köln

L'exemple suivant de compte rendu d'oncologie a été créé au cours des deux dernières années lorsque le professeur Maintz était président du groupe d'imagerie cardiaque AG de la DRG. Avec des cardiologues, des cardiologues pédiatriques et des chirurgiens cardiaques, il a élaboré des modèles de comptes rendus IRM et TDM pour les examens cardiaques. Tous les modèles des groupes de travail du DRG sont disponibles sur le site internet pour les radiologues. Quant à la question de savoir pourquoi les radiologues de la clinique universitaire de Cologne ont choisi la solution Smart Reporting, le Dr Daniel Pinto dos Santos, médecin en chef, répond :

"Jusqu'à présent, nous avons utilisé les modèles de la Société Allemande de Radiologie (DRG) en insérant nos modules de textemanuellement par copier-coller. La solution Smart Reporting nous facilite grandement la tâche. L'interface utilisateur est excellente et très claire. Bien sûr, cette transition prendra un certain temps, mais nous sommes convaincus que les avantages l'emporteront sur les efforts".

Simple, rapide, sûr

 Smart Reporting a été déployé en premier à Cologne dans les services de radiologie interventionnelle, mais les autres services de radiologie commencent seulement à y avoir recours. Le Dr Alexander Bunck, médecin-chef et chef du service d'angiographie, est l'un des utilisateurs de Smart Reporting les plus actifs. Grâce à l'éditeur de comptes rendus de Smart Reporting, il a pu créer ses propres modèles personnalisés pour la majorité des interventions effectuées en radiologie.                     

Le Dr Bunck est également convaincu qu'il s'agit d'une solution optimale qui offre aux radiologues un processus de rédaction de compte rendu structuré et fonctionnel. La raison : de nombreuses interventions suivent toujours la même procédure et ne diffèrent souvent que par de petits détails, tels que le matériel ou les DMI utilisés. "Je peux généralement compiler les résultats en quelques clics de souris", explique Dr Bunck.

Quotes

Dr. Alexander Bunck

"Nous ouvrons l'application Smart Reporting dans notre RIS Orbis en un clic. Ensuite, nous sélectionnons le modèle approprié pour démarrer le compte rendu. Nous sommes alors accueillis par une interface très claire, puis guidés à travers un arbre décisionnel exhaustif. Les variables mesurées, les implants utilisés ou les résultats particuliers peuvent être complétés à l'aide de champs de texte libre. Des graphiques cliquables et des diagrammes peuvent également être intégrés dans les résultats. Une fois terminé, le compte rendu est transféré au RIS par un simple clic", explique le Dr Bunck, qui considère que l'interfaçage direct avec le RIS est un pré-requis essentiel.

Dr. Alexander Bunck
Senior Physician  University Hospital Köln (Cologne)

"Après une période d'adaptation et de familiarisation avec la plate-forme, le travail est effectué beaucoup plus rapidement", a observé le Dr Bunck. "Et c'est exactement ce que nous recherchions : gagner du temps et augmenter l'efficacité", a ajouté le Pr Maintz.

Pr Maintz pense que tous les radiologues, quel que soit leur niveau d'expérience, peuvent en bénéficier. "Les moins expérimentés sont guidé pas à pas à travers le raisonnement, tandis que les plus expérimentés sont assurés de l’exhaustivité du compte-rendu exhaustif, car ils doivent respecter une check-list ce qui réduit potentiellement le risque d'oublis involontaires ou d'incidentalomes non visualisés. Les médecins traitants veulent être sûrs que leurs questions obtiennent des réponses et que leurs attentes soient bien prises en compte.

Pr Maintz et son équipe sont convaincus que cette façon de procéder permet de transmettre beaucoup mieux les informations clés. Outre la qualité des comptes rendus, les conclusions sont plus faciles à lire et à interpréter pour les médecins traitants.

D'autres catégories qui bénéficient de l'utilisation de comptes rendus structurés sont les internes de radiologie et les médecins en développement professionnel continu. "Ils peuvent ainsi apprendre à établir des comptes rendus sur large une variété de pathologies dans un laps de temps relativement court. Parfois, les jeunes radiologues sont confrontés à une image mais ne savent pas vraiment différencier ce qui est important", explique le Dr Pinto dos Santos. "Un arbre décisionnel est vraiment utile dans ces cas-là, car il leur donne une orientation".

L'utilisation de compte rendu structurés permet aux radiologues de maintenir un haut degré de standardisation. "Quel que soit le radiologue en poste, les comptes rendus gardent la même forme et nous garantissons un haut niveau de qualité, d'exhaustivité et de pertinence. Cela évite bon nombre d'appels téléphoniques superflus avec les médecins traitants.", explique le Pr Maintz.

Les radiologues utilisant Smart Reporting en sont dans la majorité très enthousiastes. Le Pr Maintz ne pense pas que le fait que le recours aux comptes rendus structurés ne se soit pas encore généralisé indique un manque d'acceptation.

"Malheureusement, il faut toujours du temps pour que de nouvelles méthodes s'imposent dans la pratique clinique.  Les gens sont lents à se défaire de leurs vieilles habitudes et à s'habituer aux nouvelles". À l'heure actuelle, le recours aux comptes rendus structurés n'est pas encore obligatoire.  "Néanmoins, plus les radiologues utiliseront le nouveau système, plus les autres médecins commenceront à l'utiliser également", affirme le Dr Pinto dos Santos.

À propos du Forum Jeunes Radiologues

Le Forum Jeunes Radiologues de la Société Allemande de Radiologie (DRG) est une plateforme d'échange expérimentale entre les internes en radiologie et les radiologues pédiatriques, incluant un focus sur la neuroradiologie et la radiologie pédiatrique. L'objectif de ce forum est de mettre en place une plateforme de communication pour les jeunes radiologues au sein du DRG.

Selon le médecin en chef de l'hôpital, les réactions des médecins traitants sont toujours positives : "Quiconque reçoit un rapport structuré une fois ne peut plus s’en passer.  En fait, ils se plaignent même chaque fois que nous l’oublions et que nous  leurs envoyons un compte rendu « à l’ancienne » en texte libre". 

À titre d'exemple, les comptes rendus du bilan d'extension initial pour le carcinome du pancréas déterminent l'opérabilité de la tumeur ; dans ces cas, il est crucial que certains critères soient remplis et mentionnés dans le CR. Lorsque ce n'est pas le cas, le chirurgien doit appeler le radiologue pour lui poser des questions complémentaires, par exemple concernant l'infiltration vasculaire. De telles questions trouvent déjà une réponse dans des rapports structurés et permettent ainsi aux radiologues de gagner du temps car ils n'ont plus besoin de répondre à des questions supplémentaires des cliniciens.

Hôpital Universitaire de Cologne, Allemagne

L'hôpital Universitaire de Cologne est un hôpital de grande envergure comprenant 59 services et instituts. Environ 380 000 patients y sont pris en charge chaque année, dont 63 000 en tant que patients hospitalisés dans les 1 570 lits de l'hôpital. L'Institut de radiologie diagnostique et interventionnelle emploie environ 60 radiologues travaillant sur 8 IRM, cinq scanners et trois unités d'angiographie. L'Institut effectue environ 200 000 examens radiologiques par an.